Mort de George Floyd : regardons-nous dans la glace !

  • 09. juin 2020
  • air du temps
  • Pas de commentaire
_112574168_061718848-1.jpg

La mort de Georges Floyd choque le monde entier. Nous sommes horrifiés et écoeurés par la mort de cet homme sous le genou d’un policier de Minneapolis. Nous ne devrions toutefois pas penser que ces pratiques sont limitées aux USA et le racisme un produit US. Ce dernier est endémique en Suisse et en forte augmentation (+25% de plaintes l’an passée). Les pratiques policières à Genève et en Suisse ne sont guère reluisantes. Elles ont été régulièrement épinglées par des ONG et au niveau international. Victimes de profilage racial, personnes ciblées et amendées à répétition en raison de leur appartenance ethnique, arrestations abusives, violences verbales et physiques, humiliations corporelles, minorités placées en détention à Champ-Dollon pour suspicion de mendicité, le dossier de la police est lourd. Qui pour l’instruire ?

Il faut savoir que les victimes de violences policières ou de profilage racial en Suisse ont peu de chance de voir leur plainte aboutir. Il n’y a pas d’instance de recours neutre ni d’organe indépendant capable d’enquêter sans parti pris. Autant dire que, malgré une pluie de recommandations internationales, la situation en Suisse n’a pratiquement pas évoluée depuis vingt ans. Dans le monde entier, des gens sont descendu pacifiquement dans la rue à la mémoire de Georges Floyd. A Zürich une manifestation s’est déroulée dans le calme ce lundi de Pentecôte, la police se tenant à l’écart. Toutefois, à Genève, « capitale des droits humains » la police a interdit la manifestation et amendé quelques personnes parmi les 30 qui s’étaient risquées à se rassembler. De quoi ce formalisme procédurier est-il le nom ?

Avant de se gausser des USA on serait bien inspiré de se regarder dans la glace. Le scandale de la mort de Georges Floyd nous invite à mieux contrôler ce qui se fait chez nous. Notamment notre police municipale, laissée à l’abandon, dont le sexisme, les abus, et des pratiques de brimades ou déshonorant l’uniforme sont connues à l’interne.

Davantage de transparence de rigueur dans la formation et la surveillance de la police cantonale comme municipale est urgent.

Rendons hommage à Georges Floyd. Sa mort scandaleuse doit toutes et tous nous réveiller. Le racisme et les violentes pratiques policières ne devraient pas avoir droit de cité à Genève.  Il est temps que les magistrat-e-s en charge de la police s’attaquent sérieusement à ce grave problème, et de ne pas oublier que des mises à mort pareilles à celle de Georges Floyd, se déroulent chez nous également, sans faire la une des journaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *