Aux Joyeux Noël et bonne année !

  • 03. janvier 2019
  • air du temps
  • Pas de commentaire

469.JPG

A ceux qui mentent comme des arracheurs de dents. A ceux qui pratiquent les indulgences au nom de la laïcité. A ceux qui paient pour leur salut et sanctionnent les péquins. Aux experts en pratiques occultes. Aux mafias en herbe. Aux vers dans le fruit. Aux détournements de fond. A ceux qui veulent changer de ligue.

Aux professionnels de la manip’, aux champions de la fuite. Aux artistes du vol. Aux passifs-agressifs assermentés, aux agressifs victimaires consacrés. Aux requins.

A ceux qui font de la politique comme on pratique l’anesthésie et l’imposition des mains. Aux gourous, aux vaudous, aux leaders charismatiques. Aux experts du fist-fucking.

A ceux qui communiquent à leur guise. A ceux qui réservent leur réponse pour la justice, et changent d’avis pour la presse. Aux géométries variables, aux algèbres déficientes, à la tyrannie de Standard & Poor’s.

A ceux qui font comme ça leur plait, puis au nom du service, font à leur avantage. Aux bonimenteurs aux cireurs de pompe, aux manipulateurs.

A la machine hystérique. Au droit de désinformer et menacer la presse. Au besoin de se taire. A la parole instrumentalisée. A l’institutionnel manipulée. A la collusion des pouvoirs. A la langue de bois. Au petit Calimero. A tous les coffres fêlés.

Aux réflexes de cour. Aux habitudes de classes. Aux mépris du prochain. Aux dominés mutiques. A ceux qui gagnent à tous les coups. A ceux qui tirent le gros lot. A la retraite à vie. A ceux qui cherchent des poux et cultivent des lentes. A ceux qui veulent tout tout de suite, pour qui rien ne va jamais assez vite, exigent un tour en jet comme d’autre un berlingot de thé.

 

314.JPG

 

A ceux qui se pensent indispensable. A ceux qui disent : jusqu’ici tout va bien, l’important n’est pas la chute, c’est que ça continue. Même la terre, ça se traverse. Même l’éternité, ça passe vite. A ceux qui pensent qu’un match c’est deux fois 45mn, avant les prolongations. A ceux qui croient encore aux règles du jeu et à l’arbitre.

Au déni. Aux bunkers assiégés. A la ligne Maginot. Aux adeptes de la secte, aux hypnotisés de la perte. A ceux qui déplacent au sol des matelas de paille quand le corps céleste chute à grande vitesse. A la brûlure, à la décadence, aux masques de circonstance.

A la gravitation. A ceux qui refusent de voir. Aux adeptes des complots, aux trajectoires toutes faites. A Icare, à Freud, à Ayrton Senna et Mozart. A Cahuzac, à Fillon, aux comparaisons minables, au cas d’école, à tout ce qui explose en vol.

 

448.JPG

 

Aux feuilles mortes, à tout ce qui ne se ramasse plus. Aux fruits qui pourrissent sur l’arbre. Aux prophètes et aux chiens.

A ce qui se pense, à ce qui se tait.

A Gainsbourg. A Bobin. A Cohen.

A la connivence des tristes.

Aux petits secrets des puissants.

 

A la colère qui gronde, à la lutte des classes.

Au désir de grandeur, au besoin de hauteur, aux faims de poésie.

 

Aux Joyeux Noël et Bonne année !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *