Féminisme : au boulot les gars !

  • 12. avril 2018
  • air du temps
  • Pas de commentaire

Le 8 mars, c’est la journée de lutte pour les droits des femmes. Et cela fait toujours réagir. Que ce soit par des remarques amères « c’est une journée pour les femmes, il en restera toujours 364 pour les hommes », ou par le constat désabusé qui fait de cette journée l’équivalent d’une fête des mères ou d’une date anniversaire bidon pour se donner bonne conscience.

Mais cette journée est d’abord l’occasion importante d’une prise de conscience. Et bien au-delà d’une journée c’est, notamment en ville de Genève, une semaine entière d’actions pour l’égalité qui se poursuit ensuite par l’engagement d’associations et de militant-e-s toute l’année pour l’égalité. C’est une étape pour les femmes, mais surtout pour l’égalité entre les genres, pour toutes et tous. Si cela semble presque simple exprimé ainsi, on en est pourtant encore loin.

Si certain-e-s pensent que c’est aux femmes uniquement de se libérer de l’oppresseur (le sexisme, le patriarcat), il est tout aussi urgent que les hommes remettent profondément en question leurs privilèges. Car il n’est plus possible  de dire que ces avantages sont inconscients ou structurels ou de les nier, pour en être quitte, ni de penser que ce seront aux femmes de faire le travail seules, avec des gars qui se débarrasseraient de cet enjeu, comme ils se délestent de la charge mentale, des double-standards, et du sexisme.

Au final, ces doubles standards, ces rôles de genre stéréotypés affectent l’être humain à partir de sa naissance et le marquent jusqu’à sa mort. Hommes comme femmes en sont marqué-e-s.

 

Féminisme : au boulot les gars!

Combien d’hommes demandent à travailler à temps partiel, combien se mobilisent pour un congé paternité digne de ce nom, ne ricanent pas aux blagues sexistes, haussent le ton ou s’interposent en cas de domination masculine, d’abus, de violence? Combien renoncent à leur carrière au profit de leur conjointe ? Expliquent à leur patron qu’ils ne pourront venir travailler parce que leur enfant et malade, et quand leurs proches aîné-e-s ont besoin de proches aidant-e-s, renoncent à un pourcentage de travail? Un certain nombre, certes; quelques uns, oui. Mais quoi qu’il en soit, trop peu encore. Car si c’était le cas, l’égalité serait déjà notre réalité à toutes et à tous. Or, on en est encore loin.

 

Les gars, si vous engager pour les droits des femmes ne vous semble pas relever de votre core-business. Luttez au moins pour sortir de votre propre aliénation.

Puisque le féminisme est une lutte pour l’égalité entre femmes et hommes, il est urgent que les hommes y fassent davantage entendre leur voix. Pourtant, on les entend encore trop peu. Mais pire, on ne semble pas en attendre grand chose. Pourquoi? Soit parce que la domination est à leur avantage -donc pourquoi changeraient-ils ? car on a rarement vu un dominant renoncer librement à ses avantages, il doit nécessairement y être contraint. Soit, parce qu’il pense que cela ne le concerne qu’indirectement, et qu’au final, ce ne sont pas ses affaires. Là- dessus, il semble que l’on aie encore un gros travail à faire.

Ce serait aux femmes d’assumer la défense de leurs droits par elles-mêmes? – Non!
– Penser que le féminisme serait uniquement l’affaire des femmes, ce serait pour un homme non seulement renoncer à l’égalité mais aussi à toute possibilité d’évoluer autrement dans son genre. Bref:  se condamner à l’enfermement.

Hé les gars, vivre c’est pas de continuer à bosser comme des cons à 100%, voir ses gosses de manière limitée, le faire d’une manière abrutie et aliénée, immobilisé dans son désir de sortir de l’expression de rapports de domination, avec quelqu’un en dessous à martyriser et quelqu’un au dessus à craindre, en restant toujours encastré dans la chaîne du pouvoir et de l’aliénation.

Si le mouvement #metoo est devenu une vague de libération de la voix des femmes, pas sûr qu’il soit encore devenu, du côté masculin, un véritable mouvement d’ouverture des esgourdes avec déclic entre les deux oreilles pour changer radicalement les rapports de genre subis par les deux sexes, de manière diffuse et brutale, avec des intensités différentes.

Pas sûr non plus que les deux genres aient compris que l’ennemi ou l’adversaire ne soit pas l’autre sexe, mais quelque chose de plus tenace, diffus, et qui traverse largement le genre : les rapports de domination et de pouvoir, avec certain-e-s qui empilent les discriminations ( de genre, de classe, d’origine) et d’autres qui s’en trouvent plus épargné-e-s. Que font-ils alors de leurs privilèges?

Hommes ET Femmes, ensemble, à nous de réfléchir et agir ensemble pour être plus responsables et agissant-e-s dans la lutte contre les inégalités. Il y a urgence.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *