Eloge du stand

  • 08. février 2018
  • Genève
  • Pas de commentaire

C’est le rituel de toute campagne politique. C’est surtout un incontournable de tout engagement militant. Le principe en est simple : une tente, une table, des tracts et quelques ballons, sur l’espace public. Et surtout: des militant-e-s, venant sur leur temps libre, s’engager pour l’animer. Le stand !

Certains l’aiment à la folie, d’autres un peu moins. Etre plusieurs heures dans la rue, sous une tente, dans les courants d’air et parfois sous la pluie, n’est pas toujours vécu comme l’expérience la plus plaisante qui soit. Et puis, un samedi ou dimanche matin, après une semaine bien chargée, on resterait parfois bien au lit. Pourtant, si cela dépend des charismes, au final, le charme du stand est contagieux, et selon la compagnie qu’on y trouve, très souvent, on y revient.

Ouverture et accueil

J’aime le stand parce qu’il oblige à être ouvert à qui vient, dans un rapport curieux, gratuit. Cela peut conduire à s’exposer à un lot de plaintes ou un chapelet de récriminations. Bien. Mais cela est toujours une expérience humaine fondamental. On ne choisit pas. On est choisit. On va à la rencontre, et on est reçu… ou pas. C’est une sorte de taï-chi aussi que d’accueillir pour bien dire au-revoir ensuite; se laisser traverser pour tenter de comprendre et apporter des réponses enfin.

Car l’on est avant tout sur un stand pour entendre, débattre ensuite, et convaincre, parfois. Il n’y a pas de public désigné. Il y a l’ouverture et le hasard, variables selon les quartiers où le stand est déposé. De Champel aux Pâquis, de la Jonction à la Servette, à chacun-e son opinion, ses convictions.

Allant partout, on se rend-compte aussi que, finalement, les enjeux n’y sont pas très différents : sentiment de ne pas être entendu, laissé pour compte, soucis de logement, d’insécurité, manque emploi, le manque et la fragilité, et le besoin de l’exprimer.

 

La rue : lieu démocratique par excellence

Si l’on y réfléchit une seconde, il n’y en a plus beaucoup, dans notre société, de ces lieux gratuits où l’on prend le temps de causer, où une discussion s’engage sur à peu tout et n’importe quoi avec n’importe qui; où on peut choper un-e élu-e ou un membre de parti pour lui demander des comptes, poser ses questions, exprimer un ras-le-bol, partager des histoires personnelles, de voisinage, souvenirs et grandes théories. Non, il n’y en a plus beaucoup de ces espaces où l’on sort du silence, de la rumination, pour le plaisir d’exprimer son point de vue, sans toujours parvenir à se mettre d’accord, évidement, mais où chacun-e se fait entendre.

Sur le stand, on fait un travail civique de base. Par exemple: rappeler les prochaines votations : 4 mars, trois votes en Ville de Genève, deux au niveau fédéral. On éclaire les enjeux, rappelle avec le plus de transparence possible, les risques, les choix: comment les groupes politiques se positionnent.

On rappelle qu’il faut être Suisse et résidant dans le canton pour voter au niveau cantonal et fédéral, mais que les étranger-e-s résidant depuis 8 ans en Suisse peuvent le faire au niveau de la commune. C’est souvent une source d’étonnement pour celles et ceux qui se pensent dénués de tous droits politiques, d’apprendre qu’elles, ils, en ont. Et il y a toujours des pétitions à signer, ce que chacun-e- peut faire, pas même besoin de résider ici, ni d’être majeur, et cela permet de prendre part. Et puis, n’importe qui peut entrer dans un parti politique, chacun-e- y à voix au chapitre. Ce n’est pas une question de nationalité ou de niveau de vie. On le rappelle. On a une fonction basique d’agents sociaux.

 

L’amour du stand

J’aime le stand, parce qu’il permet de sensibiliser chacun-e aux enjeux communs, de désacraliser le pouvoir politique qui n’appartient pas à quelques un-e-s mais à toutes et tous. On y explique les mécanismes administratifs, rappelle que notre démocratie est accessible, que le pouvoir de voter et d’élire est une arme précieuse, à ne pas laisser s’enrayer.

J’aime le stand, pour la diversité des publics que l’on y rencontre. L’autre jour, une vieille dame, rouleau à pâte caché dans son tintébin, racontait qu’un soir, un homme l’avait attrapé par l’épaule, sans crier gare, elle lui avait abattu le bout de bois sur l’occiput. Eloge de l’autodéfense! Un jeune homme parlait de la police, de son incompréhension que les responsables de la police tant au niveau cantonal que municipal soient à Davos à se royaumer, pendant que la justice inculpait trois policier pour vol et abus à Genève et que le deal était partout. Il trouvait que les responsables politiques devaient être plus assidus à leur tâche. Chacun-e- en prend pour son grade. Au final : des leçons d’humilité. Et l’enrichissement de mille et une rencontres dont il est impossible de rendre compte ici.

J’aime le stand, parce qu’il expose, oblige, et met en lien des gens qui ne se croiseraient jamais sans cela. Il est, pour un temps limité, un forum à ciel ouvert, où des discussions passionnées s’engagent, tant sur la présence des voitures en ville, le rôle des étrangers à Genève, le niveau des primes d’assurance maladie, le manque d’emplois, les besoins en formations, etc, avec des propos crus et violents parfois, qu’il s’agit d’entendre pour y apporter réponses.

J’aime le stand, parce qu’il fait tomber les préjugés. Une vieille dame écrit sa date de naissance; d’un geste franc elle note 1927 sur la feuille d’initiative. Un jeune homme marque lui 2000 sous la même rubrique. Pour lui, nouvellement majeur, c’est sa première signature, pour elle peut-être une des dernières. Le stand bouleverse les représentations. Des femmes voilées sont suisses, des bougons vous agressent avant de partager des expériences d’une générosité inoubliable, des gars descendent de grosses bagnoles pour signer des initiatives pour la mobilité douce, etc., Les clichés et les stéréotypes volent en éclat, et ça fait du bien.

J’aime le stand, parce qu’il place chacun-e- d’égal à égal, sur le même pied. Il nous pousse à constater que notre société est composée d’individus aux opinions contradictoires, parfois radicales, parfois basées sur des perceptions inédites, et qu’il est évident que cela n’est ni facile ni ne coule de source de construire une vie commune avec cela; qu’il est même évident que ce processus ne peut-être que conflictuel, ce d’autant plus si les espaces de dialogue et de rencontre ne sont pas élargis. Les bases de ce vivre ensemble doivent sans cesse être reposées et renégociées.

J’aime le stand, parce qu’il permet, à une toute petite échelle, d’ouvrir ces espaces de dialogue pour construire ensemble une société la plus juste possible. Et puisque l’on ne parviendra jamais à se mettre toujours d’accord, on peut au moins arriver à être le plus clair possible sur les raisons des désaccords, et au-delà des appartenances et des étiquettes de chacun-e-, à réaffirmer le rôle central du dialogue, qui est déjà une manière de faire corps. Si nous perdions ce dialogue, nous perdrions tout.

J’aime le stand, pour ce qu’il est : un lieu d’écoute, de rassemblement aléatoire, de surprises et de possibles. Il est l’antithèse du quant-à-soi, du salon privatif ou VIP, chaque fois différent.

J’aime le stand pour ce qu’il est : un mini-parlement à ciel ouvert, où s’exprime souvent des formes de sagesse populaire dont nous avons toutes et tous à nous inspirer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *