Ada Marra au Parnasse, et chacun chez soi ?

  • 08. février 2018
  • Genève
  • Pas de commentaire

1294647_f.jpg

Nous avons la chance d’accueillir à Genève ce jeudi à 19h, Ada Marra, conseillère nationale socialiste, qui sera à la librairie du Parnasse pour présenter son dernier livre : « Tu parles bien français pour une italienne » (Georg éditeur) et en débattre.

Née à Lausanne en 1973, de parents immigrés, ouvrier et ouvrière italiens, arrivés en Suisse au tout début des années 1960, plein de bon sens, d’engagement, ne cédant rien sur l’idéalisme, combattive, Ada Marra signe avec cet ouvrage un livre témoignage et un recueil permettant de réfléchir à ce qu’est l’identité suisse, ce qu’elle recouvre, comment on l’acquière et comment qui la transmet.

 

« Je m’appelle Ada ou plutôt Addolorata. Ce qui signifie : Marie au pied de la Croix qui voit mourir son fil crucifié… ou endolorie plus simplement« . Ainsi s’ouvre l’avant-propos de ce livre, comme pour rappeler que l’identité on la reçoit déjà, toutes et tous, à travers le nom, et que l’identité est nécessairement toujours plurielle, et doit être envisagée comme quelque chose qui se modifie.

Addolorata, c’est Ada, jeune fille assistant au départ de son grand-papa au sud de l’italie, et c’est aussi une conseillère nationale montant à la tribune pour déposer en 2008 l’initiative pour une naturalisation facilitée de la troisième génération, initiative plébiscitée par le peuple suisse en 2017 à plus de 60% et par 19 cantons, obtenant ainsi la double majorité nécessaire au changement de la Constitution. Les petits-enfants d’immigrés pourront désormais devenir suisses plus facilement à partir du 15 février 2018![1] Ada c’est une socialiste vaudoise, et aussi une italienne catholique, et tant d’autres choses encore. Eh quoi on peut donc avoir plusieurs identités, plusieurs influences, tout en étant profondément ancré-e et engagé-e en un lieu? Eh oui. Cela semble pourtant si évident.

 

Dans ce livre, qui mêle fort joliment politique, histoire et pédagogie, sans oublier les émotions, et ses tripes, Ada Marra parle de son parcours, singulier, mais nécessairement si semblable à d’autres. Il nous fait d’ailleurs penser à celui de femmes faisant la fierté de la Suisse, comme les écrivaines Anne Cuneo[2], Agota Kristof[3], Sandrine Salerno[4], Nuria Gorrite[5], et tant d’autres, femmes naturalisées qui se sont affirmées dans un parcours de déplacement et de service, d’engagement pour une certaine Suisse, maniant le français comme peu d’autres, partageant l’amour des mots et des idées, et celui du débat bien sûr.

 

Plusieurs identités suisses

Comme l’exprime Ada Marra dans ce recueil illustré avec finesse par Denis Kormann: « Je pense qu’il n’y a pas une seule identité suisse (que l’on soit né ou non avec le passeport rouge à croix blanche) et que la définition institutionnelle n’est qu’une photo à un moment donné de rapports de force dans la société« . C’est là que porte le combat d’Ada Marra : contre les fondamentalismes et la mise en boîte du « nous » contre « eux » ; des uns contre les autres, des hommes contre les femmes, des suisses contre les étrangers, chacun figé dans des blocs hermétiques qui ne se parlent pas. Ne pas réagir avant que cet atrophisme ne nous tue serait un aveuglement coûteux.

Ce livre : une ode à la diversité donc, une défense des appartenances multiples, se libérant de devoir se limiter à choisir l’une contre l’autre, plutôt que l’un ET l’autre, mais surtout un combat, celui contre le durcissement de la loi sur la nationalité (LN) entrée en vigueur en 2018 et qui renforce les critères pour accéder à la naturalisation en exigeant de : résider en Suisse depuis 10 ans ; posséder un permis C au moment de la demande ; ne pas être à l’aide sociale ou l’avoir été dans les trois années précédant la demande; passer des tests oraux et écrits par tous les cantons.

 

La peur du pauvre plus que de l’étranger

Ada Marra décortique les inégalités que soulèvent le processus de naturalisation et au final conclut que « le Parlement n’est pas xénophobe. Ce ne sont pas les étranger-e-s qu’il n’aime pas… mais les pauvres ! Par la mise en place d’un véritable favoritisme envers les riches, le Parlement a lié l’obtention de la nationalité à un emploi, à une situation. Les riches peuvent s’acheter un permis B même sans travailler, à coup de 50’000.- Les pauvres (d’emploi, de culture ou de langue) se voient, eux dégager des processus de naturalisations. Est-ce ainsi que nous voulons notre démocratie Suisse?

 

Se naturaliser : une roulette russe

Le parcours d’acquisition de la nationalité est miné d’inégalités. Ada Marra relève avec justesse le côté aléatoire des décisions en fonction des lieux, des administrations. Les exemples ont été légion ces dernières temps pour montrer combien elle a raison. Les processus kafakaïens, les décisions ubueques[6], ridicules s’ils n’étaient si importants pour les personnes, allant jusqu’à alerter le Président de la confédération Alain Berset, qui s’est fendu récemment d’une lettre à un citoyen recalée après 45 ans de vie en Suisse pour des motifs proprement ahurissants.[7]

 

A Genève : fin de la commission des natu’

A Genève, alors que le conseil municipal vient, ce mardi 17 janvier, de supprimer sa commission des naturalisations qui fonctionnait comme une école à abus ou d’apprentis faiseur de suisse, c’est l’entier du système de naturalisation qui doit être repensé, et la conception que l’on a de l’identité suisse travaillé.

Le livre d’Ada Marra, dans ce débat profond, nous y aide indéniablement, permettant de revoir les idées reçues et combattre les préjugés, en maintenant ouverte la question de savoir ce que devraient être les critères (sont-ils politiques, administratifs?) pour définir qui est Suisse ou non, selon quelles conditions, et avec quelle souplesse cela doit être mis en oeuvre.

A partir de quelle couche est-on de souche? Qu’est-ce que l’intégration? Qu’est-ce qu’être Suisse?  Autant de questions que nous serons heureux de débattre avec Ada Marra, à la librairie du Parnasse, 6 rue de la Terrassière, 1207 Genève, Suisse, ce jeudi 18 janvier à 19h.

Bienvenue aux gens de tous horizons et de toutes croyances, pour réfléchir ensemble à  ce que sera la Suisse de demain, qui l’habitera et ce que nous aurons choisis de mettre en place pour que tout le monde, quoi qu’il en soit, s’y sente chez soi.

 

 

[1] https://www.tdg.ch/suisse/naturalisations-facilitees-15-f…

[2]https://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Cuneo

[3]https://fr.wikipedia.org/wiki/Agota_Kristof

[4] https://fr.wikipedia.org/wiki/Sandrine_Salerno

[5]http://www.illustre.ch/magazine/nuria-gorrite-mes-amis-ev…

[6]http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/-Ce-test-de-natu…

[7] https://www.letemps.ch/suisse/2017/12/15/solidarite-dalai…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *