La religion qui ne dit pas son nom

  • 03. janvier 2019
  • Allgemein
  • Pas de commentaire

Certains pensent encore que la religion est l’opium du peuple. Ils n’ont jamais dû prendre le bus le matin et voir la série de visages courbés sur leurs téléphones, possédés comme des déments, rire tout seuls ou jouer à des jeux répétitifs et niais, l’air content. La religion, en regard de la technologie, c’était un bonbon pour la gorge.

Je me rappelle très bien d’une conférence où Blaise Matthey patron de la FER, en mode grand pape avait levé bien haut son i-phone et louait la technicité de ce jouet affirmant que c’était là rien de moins qu’une perfection de l’humanité, son progrès ultime. On aurait dit qu’il tenait une relique du Christ ou une hostie sainte, rien de moins. C’était Moïse sur la montagne ayant reçu les tables de la loi. L’illumination.

Sauf que son jouet crée de l’addiction à tout de bras et que dans le sillage de l’intelligence artificielle se trouve la connerie mercantile de l’aliénation et son métallique jus financier. De manière aussi certaine que derrière les chalutiers qui rejettent des carcasses de poissons se trouvent des requins ou sur les décharges publics des rapaces, dans les mines africaines où des multinationales swiss made extraient les précieux métaux, se répand le sang des ouvriers spoliés et exploités.

 

Pénétrer les cerveaux

En marchant dans la rue, au bout de la rue du Rhône, j’ai été arrêté devant la vitrine d’une grande banque. Des écrans de 2 mètres sur 1 balancent en continu des petits films (public cible : les enfants, d’ailleurs l’écran est à peu près à hauteur de leurs yeux) avec des personnages joyeux et bêtes mettant des noisettes plus grandes qu’eux dans un panier en souriant, se tapant dans les mains dans ce qui est censé être la plus belle des harmonies.

En voilà une magnifique éducation au capitalisme sauvage et suave. A l’arrêt de bus, l’air de rien, direct dans les yeux et dans les cerveaux des enfants. Même pas besoin d’allumer un écran, c’est dans la rue directement, dans l’espace public dans les petits cerveaux que ça rentre comme dans du beurre et fait tout son effet.  Pendant ce temps, à l’autre bout de la ville, on emmerde une librairie qui a des bacs à livre pour empiétement sur l’espace public…

La nouvelle grand messe, c’est la technologie, et la divinité du capitalisme l’utilise avec avidité. Tous à plat ventre. Tous à quatre pattes. Elle a ses prêtres et ses papes. Ils répètent blockchain comme d’autres avant le pater noster et placent des écrans surpixellisés à tous les coins de rue comme avant on y plantait des croix ou des madones. De l’intelligence artificielle à la connerie mercantile : où comment chérir ce qui nous asservit et en redemander en payant le prix fort.

La vacuité de la réflexion sur le sens que l’on veut donner à ces outils n’a d’égal que notre incapacité à se rappeler que l’outil doit être mis au service de l’humain, pas l’inverse. Elle fait de son public cible des ouailles plus soumis et bêlants que des convertis à la sainte trinité. Doigts tendus, ça clique à fond pour accepter n’importe quel cookies et valider des contrats numériques que personne ne lit d’ailleurs, puisque ces textes s’étirent sur un menu déroulant, long comme un jour sans pain, dans une langue plus incompréhensible que le latin.

Le capitalisme impose de plus en plus sa novlangue spiritualisante. Récemment dans la Tribune de Genève un banquier se déversait sur le supplément d’âme qu’il fallait insuffler à son institution pour en assurer la bonne marche. Suivait un gloubi-boulga ésotérique sur l’esprit, la communion, charabia digne des plus obédientes et rigides sectes religieuses.

En lisant les revues économiques spécialisées, on croit lire un récit de prophéties ou l’apocalypse. Vous avez remarqué, plus le capitalisme devient brutal et violent, plus il lui faut se parer d’atours joyeux annonçant l’Eden sur terre ou la cohabitation sereine à tous les étages de la tour de Babel, et évacuer les rapports de force et de domination.

Certains ont pensé bon de faire une loi sur la laïcité, car disent-ils, l’Etat entretient des rapports avec les communautés religieuses et il faut les réguler. Ils retardent de quelques siècles dans leur volonté de séparer l’Etat de ce qui pourrait lui nuire. Ce que l’on appelle la religion n’est pas une menace, c’est une idéologie, comme tant d’autres.

Par contre, ce qui s’appelle capitalisme, et qui n’assume même plus d’être une idéologie pour se prétendre être devenu l’air que l’on respire, s’est dématérialisé au point de se retrouver être la plus nocive des religions : celle qui n’a même plus besoin de dire son nom. La vraie menace.

On peut désormais pointer du doigt un voile, un crucifix ou invoquer la loi afin de bannir une kippa pour trouble à l’ordre public. La belle affaire. La belle excuse. Et surtout le bon prétexte. Pendant ce temps, les affaires continuent. Les marchands du temple ont trouvé leur bouc émissaire. La religion qui ne dit pas son nom va elle pouvoir continuer à faire ses affaires avec la bénédiction de l’Etat.

On n’a pas beaucoup évolué en terme de croyances depuis le Moyen-âge. Simplement muté. Les habits des grands prêtres ont changé, guère plus. Les princes qui s’acoquinaient avec le clergé au XVIIe vont désormais au moyen-orient. Les trajets ne se font plus en fiacre mais en jet, ils font pourtant toujours les mêmes courbettes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *